• "En bon chef de famille
    Au volant d’un monospace
    Avec un cercle en plastique
    On appuie dessus ça sort, ça fait porte gobelet
    Et un truc très pratique
    Pour ranger les pièces de monnaie
    Rester bloqué sur l’autoroute"

    Benabar

     

    Dans la voiture on se croit sauvés... On arrive à Kitwe, c'est en Zambie, ça fait des semaines qu'on nous vend la Zambie: c'est bien organisé, tout va bien là bas, un pays où tout se passe bien! Alors hein, on voit la vie en rose et on imagine bien que ça va se passer comme on nous l'a dit. On arrove à l'arrêt d'autobus, on fait une p'tite pause le temps de manger, dans un p'tit snack, parait qu'il y a des snacks en Zambie, les enfants se reposent et bougent un peu, puis on montera dans le  grand autobus climatisé pour 5 heures de route pour Lusaka. On nous a dit que les bus se suivent, faut juste attendre un peu que le bus soit rempli pour qu'il démarre. Bah ça va encore hein le programme...

    Mouais mouais... Voilà Kitwe en vue... Alors ou je suis de mauvaise foi ou ça m'a l'air d'être autant le bazar que Lubumbashi... Un monde fou, des bouchons, des gens qui roulent partout et dans tous les sens... L'arrêt des autobus: un endroit bondé sous un soleil de plomb avec pas un banc pour se poser... et les snacks... ben ça doit pas être dans ce quartier... Le chauffeur s'arrête et déjà je me demande ce qu'on va faire... Avec les 4 sacs, les 4 enfants, on ne peut pas aller bien loin chercher un endroit où manger, pourtant c'est ici qu'il faut d'abord réserver le bus... Aaaahhhh le bus... Il est 11h30 à l'heure dont je vous parle... Le prochain pour Lusaka est à ... 20 heures... Ben oui, 20 heures, ça veut juste dire 8h30 d'attente dans cet endroit horrible, une arrivée à Lusaka à 1 heures du matin, heure à laquelle nous chercherons bien calmement un hôtel où crécher... Vous croyez qu'il y a un problème? Meuh non!!! Ah ben si, bon, je dis au chauffeur que non c'est pas la êine de nous poser là, on cherche une autre solution: prendre le taxi? C'est plus cher que prévu (mais après coup c'est sans doute ce qu'on aurait du faire!).Un autre bus? Notre cher (c'est le cas de le dire, tiens!) taximan nous conduit à un autre arrêt de bus: là il y a un bus prêt à partir... sauf qu'on aurait vraiment voulu faire une pause, et que le taxi est bondé déjà, parait qu'il reste 6 places pour nous... peut-être sur le toit? L'histoire se répète, je sors de la voiture en rattrapant nos sacs qui sont déjà sortis du coffre et presque dans le bus... Je dis qu'on n'ira pas sous le regard étonné du chauffeur qui se demande ce que je peux reprocher à son bus, et mi amusé mi agacé du taximan qui commence à nous prendre pour des capricieux. On lui demande de nous trouver un taxi pour Ndola, une autre ville, à peu près sur le trajet, où on sait qu'il y a des hôtels et des bus pour Lusaka... Il nous répond qu'il peut nous amener... Au passage son prix vient de tripler alors qu'on n'a plus que la moitié du trajet déjà fait à faire... Bon, on en a un peu marre alors on abandonne et on dit oui!

    Sur le trajet on décide de s'arrêter là pour aujourd'hui, de chercher un hôtel puis prendre le temps de se renseigner pour gagner Lusaka le lendemain. On s'est promis de ne pas s'énerver donc on ne s'énerve pas... Mais quand même on est un peu dépités... Et fatigués. Nous avons bien compris que les chutes Victoria s'éloignent, 3 jours de trajet c'est trop, surtout après pour revenir... On se dit qu'on va chercher qqch près de Lusaka plutôt.
    On trouve un hôtel donc, avec piscine mais sans piscine (comprenez: il y avait une piscine quand on l'a demandé à la réception avant de payer, mais une fois qu'on a eu payé et qu'on a été installés on nous a dit qu'elle n'était pas ouverte aujourd'hui... nous qui comptions sur elle pour nous remettre d'aplomb).
    On part ensuite se renseigner pour le bus. Le seul bus qui nous permet d'arriver assez tôt pour chercher un hôtel à Lusaka est le lendemain à 6 h... On réserve mais ils ne demandent pas d'acompte... Une bonne chose finalement.

    La chambre d'hôtel est assez chouette, c'est en fait deux chambres communicantes et on a payé un prix raisonnable... Bon une des deux climatisations souffle de l'air chaud, ce qui est nettement moins sympa mais bon... On décide de se coucher tôt pour être en forme le lendemain...
    Après 6 heures à attendre que Diego daigne s'endormir c'est décidé... on n'ira pas à Lusaka demain! Demain ce sera retour à la maison! Assez d'aventures pour un seul jour, on n'a plus qu'une envie: se retrouver chez nous! Parce que finalement, on est mieux chez nous! Hihi, et dire que ça fait deux semaines que nous ne rpevons que de partir et qu'il faut aller jusque là pour avoir envie de revenir! Ca doit être ça, le côté aberrant de la vie!

    2011-12-27- endola zambie (6)
    Ndola
     
    2011-12-27- endola zambie (13)
    La chambre d'hôtel
     
    2011-12-28- endola-kasumbalesa (4)
    Le stade d'Ndola... Si si, j'sais pas d'où il sort, mais il est là!
     
    2011-12-28- endola-kasumbalesa (6)
     
    2011-12-28- endola-kasumbalesa (7)
     
    2011-12-28- endola-kasumbalesa (10)
     
    2011-12-28- endola-kasumbalesa (11)

    6 commentaires

  • "Je vous parle d'un monde qu'il nous faudra construire
    Que tant d'hommes avant nous ont rêvé de bâtir
    Infantile utopie ou combat d'une vie
    Les ténèbres ou l'amour, c'est à nous de choisir"
    Yannick Noah
     
    On arrive à Kasumbalesa, à la frontière... On nous a dit de passer la frontière à pieds, que ce serait plus facile. A peine le temps de payer le chauffeur qu'à nouveau 4/5 personnes se précipitent sur nos bagages. On crie qu'on ne veut personne, qu'on porte nous même, on tire pour récupérer nos sacs et on avance... Dans quelle direction, bonne question... Y a pas de flèche, ce serait trop simple, hein... Et ici on n'aime pas ce qui est simple... Bon ben on a réussi à se débarrasser de 4 personnes mais le 5ème colle plus que les autres, il empoigne Lola (par un bras, il ne doit pas savoir que c'est fragile ces p'tites choses!), qui hurle, pour la porter "pour nous aider"... Je lui dis que je ne le paierai pas, que ce n'est pas la peine, il me prétend qu'il veut juste nous aider, que c'est gratuit... Tu parles, 1 point pour lui, 0 pour nous, il nous a eus...
    Bon, tant qu'à se coltiner un casse pieds, autant qu'il nous serve à qqch, il nous guide de case en case... On dirait un jeu... D'abord au Congo, on vérifie nos visas... Donner les passeports, vérifier qu'on récupère tous les 6 (à chaque fois ils "oublient" de nous en rendre 1 ou 2, faut réclamer). Deuxième case on nous met nos cachets de sortie du pays. Le bonhomme essaie de nous vendre des qwachas (monnaie de Zambie) à son taux fantaisiste, on refuse. Ouf, une arnaque évitée. Case suivante: Zambie: vérification des carnets de vaccination. Notre cher pot de colle me dit qu'on va devoir payer 10 dollars par carnet pour la mise en ordre des carnets. J'ai oublié de dire qu'en Zambie on parle anglais... Ce qui est bien mais... nous pas!
    Bref, je commence à m'énerver et à dire que je ne paierai pas une mise en  ordre alors que mes carnets sont en ordre. Pot de colle me dit qu'il s'arrange, que je peux déjà aller dans l'autre file, lui s'occupe de mes carnets... Je lui dis que non, que c'est moi qui m'occupe de mes carnets, que je dirai moi même au mr que je ne paierai pas... Sur ce mr pot de colle me dit t'énerve pas tu ne dois pas payer... Cherchez l'erreur... Mais pas trop loin... Mr pot de colle vient d'essayer de nous piquer 60 dollars!
    Bon, on passe à la file suivante, pensez vous que mr pot de colle, découvert dans son arnaque, va nous lâcher les baskets? Que nenni! Il est toujours là, pas du tout contrarié, en train de chercher la prochaine arnaque! Il nous prend nos passeports et se met à notre place dans la file... Non non on ne lui a toujours rien demandé... Mais en fait il s'en f... . Nous on suit à la trace de peur qu'il ne parte en courant avec nos documents... Là il m'a déjà tellement énervée que s'il fait un pas de travers je crois que je lui fais un croche pieds! Bon il nous rend nos passeports. Allez, on y est, madame qui tamponne les passeports est d'une sympathie étonnante (vous restez combien de temps? Ben une semaine, ou un peu plus! Soyez précise je vous dis! Euhhhhh... ). C'est fait, on sort, on va vers la Zambie! Ouais!!! Un mr avec de l'encre nous court après, baragouine je ne sais pas tout quoi, on dit NON NON on ne veut rien! Vous voulez rire? c'était un docteur qui voulait nous piquer pour nous mettre en ordre de vaccins! Décidément ils n'ont rien d'autre à faire que de nous embêter avec nos vaccins qui pourtant sont bel et bien en ordre! Un autre encore nous court après, on lui dit NON NON, il me dit VISA VISA, j'lui dis non c'est payé c'est en ordre vous ne m'aurez pas... Hihi c'est le bonhomme du dernier bureau, on a oublié les preuves de paiements... Retour au bureau...
    On repart, faut trouver un taxi pour Kitwe maintenant...
    Un homme nous regarde passer en riant bruyamment en hurlant "hahaha je n'ai jamais vu ça, un blanc avec plein d'enfants!"... En plus on se fiche de notre tête!
    On en trouve 1 à prix raisonnable, ou plutôt un homme nous en trouve 1... Bon, avant de passer au taxi, on passe à la caisse... Faut payer pot de colle... sans doute pour le remercier d'avoir essayé de nous arnaquer, ou alors serait ce parce qu'il a porté Lola alors qu'on lui demandait de la lâcher... Bref on ne rouspète même pas, on lui donne un peu d'argent. Un autre réclame, c'est l'intermédiaire du taxi, allez, un peu d'argent pour lui aussi! Ouf, on est dans le taxi zambien: maintenant ça va aller...

    On prend la route dans un joli taxi... Rien à voir avec les taxis congolais, on dirait une p'tite voiture de chez nous: propre, pas cabossée, pas cassée! On admire la route, c'est différent du Congo c'est sûr... Y a des trottoirs, des lignes au milieu de la route! Le long de la route tout parait bien rangé, p'tites maison bien alignées, y a même des ronds points... On n'a pas l'impression d'être si près du Congo. Bref, on y croit, dans ce pays si ordonné, tout va bien se passer... Bon, ils ne parlent pas français, mais on va y arriver, hein...

    Ouais ouais... à voir hein... car 2 heures plus tard on arrive à Kitwe et Kitwe c'est juste...

    Suite au prochain épisode!
     
    2011-12-27- jusque kitwe zambie
     
    2011-12-27- jusque kitwe zambie (2)

    3 commentaires
  • "Plus loin que la nuit et le jour
    Voyage"
    Desirless
     
    Nous partons pour la Zambie!
     
    Départ de la maison à 7 heures, les sacs à dos sont prêts: on part avec 4 sacs: 1 très grand, 1 grand, et 2 petits que porteront les p'tites poulettes. Logiquement on ne devrait pas faire grand chose sac au dos, mais c'est pour pouvoir changer de taxi plus facilement... Ca c'est comme ça qu'on imagine les choses...

    J'pourrais vous faire tout un tableau de ce qu'on avait imaginé: voyage en 2 jours pour arriver à Linvingstone, aux chutes Victoria. 1er jour jusque Lusaka, dodo là bas, 2ème jour jusque Livingstone... Tout ça en taxis, qui devaient se succéder sans trop de difficultés à des prix plus ou moins raisonnables. 1er taxi jusque Kamalondo, un quartier de Lubumbashi, 2ème taxi jusque Kasumbalesa, la frontière. On nous avait dit de la passer à pied, j'imaginais une sorte de chemin de terre avec une petite cahute où montrer nos papiers... 3ème taxi jusque Kitwe, et là 4ème taxi ou grand bus jusque Lusaka.

    Ca c'était l'idée... Dans l'idée c'est pas mal... Dans les faits... ça a été un peu différent... Juste un tout petit peu...

    On revient donc à notre premier taxi, pour Kamalondo, un quartier de Lubumbashi. On avait demandé à Joe (Joe le taxi... c'est finiiiiii!!!) de venir nous chercher pour 7 heures, pour faire ça tôt, au calme, sans trop de monde... Ca c'est toujours l'idée hein! Bon, bref, Joe est là, on charge, et on arrive à Kamalondo... Erreur fatale je n'avais pas préparé l'argent avant qu'on n'arrête le taxi, en plus j'aurais dû marchander avant car il m'a pigeonnée (le premier d'une longue série), je lui ai donné 1000FC de moins ce qu'il a demandé, et je l'ai envoyé au diable, et là encore il s'y retrouvait bien! Bref, pendant que je m'arrange avec ce premier aranqueur, 5-6 potentiels chauffeurs de taxi qui attendent là bas pour faire des passages jusqu'à la frontière ouvrent le coffre, les portes arrières de la voiture, ça crie des prix et ça essaie de nous tirer dans leur taxi. L'un d'eux empoigne Lou hors de la voiture pour la mettre dans son taxi, un autre a déjà mis nos bagages dans son coffre... Lou hurle, faut retrouver nos bagages, bref, on se retrouve dans un autre taxi en moins de 5 secondes... à prix correct, waouh, et en plus c'est un taxi 7 places!

    Autosatisfaction de courte durée, Joël est entassé sur la banquette arrière avec 3 enfants, je suis devant avec Lola et on entasse encore 3 personnes en plus du chauffeur! Non mais on ne va quand même pas avoir 1 place par personne non plus!

    On est partis pour 1h30 de trajet entassés ainsi, j'ai une fesse sur le siège et Lola ne saurait pas bouger tellement elle est serrée sur mes genoux. Sur le trajet, quand même, on admire...

    Car c'est une belle route, la route Lubumbashi-Kasumbalesa. D'abord parce qu'elle est en bon état, puis elle longe plein de petits villages avec toutes des petites maisons-huttes, qu'il y a même des pancartes avec les noms de villages (ça c'est la grande classe!), puis on passe à côté de Mwaschka, le village des femmes peintres: là il y a quelques maisons décorées de jolies peintures. Par contre pour les photos on a fait comme on a pu: pour une fois que les taxis ont une route correcte: ils ne roulent pas lentement!

    Suite avec notre arrivée à Kasumbalesa au prochain épisode!
     
    2011-12-27- jusque kasumbalesa (3)
     
    2011-12-27- jusque kasumbalesa (17)
     
     
    Kasumbalesa, dernière ville avant la frontière
     
    2011-12-27- jusque kasumbalesa (8)
    2011-12-27- jusque kasumbalesa (7)

     

     

    2011-12-27- jusque kasumbalesa (23)
     

    1 commentaire
  • "Au son du tambour
    Le Père Noël accourt
    Noël sans sapin
    Sans neige et sans froid
    Le Père Noël est là"

    MICHEL  AGNERAY

    (Mis en partie sur Destination Congo)

    Ce n'est pas vraiment un Noël Africain mais c'est en tous cas un Noël en Afrique... Et pour ne pas oublier les paradoxes de cette vie, retour à l'endroit même où nous avions passé notre première journée à Lubumbashi: la ferme Megastore. Et ne boudons pas notre plaisir: l'endroit est paradisiaque, la journée a été très sympathique, puis c'est tellement insolite de passer son 25 décembre au bord d'une piscine et d'y attraper un coup de soleil que ça valait le détour. Sans compter la viande, qui n'est pas toujours des meilleures par ici mais qui est toujours succulente à la ferme!

    Pour la petite histoire, les propriétaires du Mégastore; LA superette pour les belges de Lubumbashi possèdent une ferme "en brousse" (ah ça c'est un super mot d'ici: ça veut dire hors ville), et ils aiment y inviter leurs connaissances... même lointaines comme nous... Bon, on s'est un peu fait inviter d'ailleurs, puisqu'on était invités chez qqn qui s'est fait inviter là bas et a demandé si on pouvait venir aussi... mais c'est sans scrupule qu'on a profité quand même! Hihi!

    2011-12-25- (2)
     
     
    Un p'tit Jakouzi pour se détendre... Emeline et Lou avec Alice, la fille de Cécile, ma directrice.
    2011-12-25- (23)
    Le grand saut de Lou qui avait encore des brassards pour sauter mais maintenant même pour sauter elle n'en met plus:
    C'est officiel: Lou sait nager, et n'a plus peur!
     
    2011-12-25- (27)
    P'tite Lola dans son monde, comme d'hab!
     
    2011-12-25- (30)
    Lola et sa copine Lulu (Lucie). Si vous observez le front de Lucie, elle a un angiome, exactement comme moi et au même endroit!
     
    2011-12-25- (31)
    La piscine un rien paradisiaque... Que vouloir de plus?
     
    2011-12-25- (34)
    Diego au top de la forme... Comme d'hab quoi! Et notre Diego, grand débrouillard, n'a plus besoin de bouée, il se débrouille avec ses brassards. C'est un grand garçon! Quand on est arrivés à Lubumbashi il ne savait même pas être dans l'eau sans être accroché à papa comme un p'tit singe!
     
     
    2011-12-25- (35)
    Toujours sympathique les contrastes... Un policier dans le jardin, armé comme il se doit, sont tous comme ça...
     
    2011-12-25- (40)
    Emeline!
     
    2011-12-25- (42)
    Emeline, Diego et le garde de la piscine... Ben oui y a un garde, des fois qu'elle partirait...
     
    2011-12-25- (50)
    Un casque bleu... Celui là n'est pas très coloré mais normalement la tête est presque bleu fluo! C'est pas gentil!
     
    2011-12-25- (56)
    Un agneau qui tourne, un cochon de lait qui tourne, et du boeuf qui grille... Ben quoi faudrait pas mourir de faim non plus!
     
    2011-12-25- (57)
    Diego est épuisé!
     
    2011-12-25- (62)
    Diego qui se marre!
    2011-12-25- (74)
    A 500 m de là, le contraste, encore...
     
    2011-12-25- (76)

    L'endroit vu d'un peu plus loin...

     

    Bon, OK, on ne se croirait pas au Congo... Mais faut avouer qu'on a passé une chouette journée...


    2 commentaires
  • "Au son du tambour
    Le Père Noël accourt
    Noël sans sapin
    Sans neige et sans froid
    Le Père Noël est là"

    MICHEL  AGNERAY

    (...)

    Ce n'est pas vraiment un Noël Africain mais c'est en tous cas un Noël en Afrique... Ne boudons pas notre plaisir: l'endroit est paradisiaque, la journée a été très sympathique, puis c'est tellement insolite de passer son 25 décembre au bord d'une piscine et d'y attraper un coup de soleil que ça valait le détour. Sans compter la viande, qui n'est pas toujours des meilleures par ici mais qui est toujours succulente à la ferme!

     
    2011-12-25- (23)
    Le grand saut de Lou qui avait encore des brassards pour sauter mais maintenant même pour sauter elle n'en met plus:
    C'est officiel: Lou sait nager, et n'a plus peur!
     
    2011-12-25- (27)
    P'tite Lola dans son monde, comme d'hab!
     
     
    2011-12-25- (31)
    La piscine un rien paradisiaque... Que vouloir de plus?
     
    2011-12-25- (34)
    Diego au top de la forme... Comme d'hab quoi! Et notre Diego, grand débrouillard, n'a plus besoin de bouée, il se débrouille avec ses brassards. C'est un grand garçon! Quand on est arrivés à Lubumbashi il ne savait même pas être dans l'eau sans être accroché à papa comme un p'tit singe!

     
    2011-12-25- (40)
    Emeline!
     
    2011-12-25- (42)
    Emeline, Diego et le garde de la piscine... Ben oui y a un garde, des fois qu'elle partirait...
     
    2011-12-25- (50)
    Un casque bleu... Celui là n'est pas très coloré mais normalement la tête est presque bleu fluo! C'est pas gentil!
     

     
    2011-12-25- (57)
    Diego est épuisé!
     
    2011-12-25- (62)
    Diego qui se marre!
    2011-12-25- (74)
    A 500 m de là, le contraste, encore...
     
    2011-12-25- (76)

    L'endroit vu d'un peu plus loin...

     

    Bon, OK, on ne se croirait pas au Congo... Mais faut avouer qu'on a passé une chouette journée...


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires